Partager au reste du monde

Premier séminaire du Conseil National de l’Ordre National des Médecins du Bénin: Mot de bienvenue du président

Chers conseillers, chers consœurs, chers confrères, chers séminaristes, Mesdames et Messieurs,

Bonjour !

Soyez les bienvenus à ce premier séminaire du Conseil National de l’Ordre National des Médecins du Bénin.

Institué par ordonnance en avril 1973, l’Ordre National des Médecins du Bénin (ONMB) est un organisme professionnel, administratif et juridictionnel de défense et de régulation de la profession médicale au Benin.

Il a successivement été sous la direction de 4 conseils et je voudrais ici rendre hommage à mes prédécesseurs qui ont conduit les destinées de ces divers conseil, je veux nommer nos ainés de regrettée mémoire René Vogler, Olivier Johnson et Soulé Daouda et notre aîné ici présent Séraphin Guègègbé.

La situation du médecin béninois est peu reluisante et s’empire au fil des années. La valeur qu’incarne le médecin est bafouée de nos jours sur tous les plans. L’anarchie et l’illégalité règnent en maîtresses dans la cité. Notre art s’en trouve dégradé, jusqu’à en perdre toute sa noblesse. Conséquence : la relation médecin-malade prend un coup car la population a de moins en moins confiance en nous et préfère se diriger vers un autre type de médecine, lorsqu’elle ne nous lynche pas. Notre système de santé n’est pas mieux loti, aussi bien le secteur public que le secteur privé.

Notre système sanitaire connait de nombreuses mutations et les défis à relever sont de plus en plus grands et complexes. Chaque année, sont déversés près de 200 médecins généralistes sur le marché de l’emploi au Bénin ce qui veut dire que d’ici 4 ans nous aurons plus de 800 nouveaux médecins (sans compter les médecins béninois formés à l’extérieur qui rentrent au pays). Le secteur est envahi à près de 65 % par les cabinets médicaux clandestins. Nos médias sont pris d’assaut par des non-professionnels qui distillent de fausses informations au mépris de notre profession. Les faux-médecins, les mauvaises pratiques médicales, les laboratoires tenus par des non-biologistes deviennent choses courantes dans notre environnement sanitaire.

Il est donc important de nous réorganiser afin de nous doter d’un ordre fort, qui agit, régule et redonne au médecin béninois toute sa ferté.

L’ordre, face à ces mutations et défis, devrait se doter d’un nouveau manteau qui va au-delà de son rôle disciplinaire et réglementaire. De nouvelles prérogatives pour prévenir, aviser, anticiper, et éradiquer ces obstacles qui prennent de l’ampleur au fil des ans et mettent à mal l’exercice de nos collègues dans l’épanouissement.

C’est dans cette optique qu’est organisé le présent séminaire afin de nous donner les armes pour faire face à ces défis. Une boussole est nécessaire pour mener à bien la mission à nous confiée par nos collègues afin de naviguer de façon efficace : « Il n’y a point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va ». La finalité étant de faire de l’ordre des médecins un ordre fort, visible, pro-actif et capable de faire respecter le code de déontologie médicale.

Qu’il vous souvienne, pour celles et ceux qui étaient au siège de l’Ordre lors de la passation de charges entre l’ancien conseil et le nouveau, entre l’ancien président et le nouveau, je m’étais engagé à faire en sorte que mon passage à la tête de notre institution commune se fasse dans l’unité d’esprit. L’esprit étant une entité abstraite, il convient de matérialiser ces bonnes intentions.

Nous aurons durant ces prochaines 24 heures à mener de fructueuses réflexions, à échanger nos expériences et savoirs dans le secteur sanitaire national et international en vue d’ériger objectivement une nouvelle charpente du fonctionnement de l’Ordre National des Médecins du Bénin.

Parlant de charpente, nous avons l’ambition de démarrer la construction du siège de l’ONMB, de résoudre le problème des textes réglementant la profession médicale, de rendre fonctionnelle la chambre disciplinaire de l’ordre et, bien sûr, d’améliorer notre communication afin de prendre en compte les préoccupations des jeunes médecins.

Ceci s’avère nécessaire vu l’évolution de notre secteur avec l’effectif croissant de ses acteurs et les difficultés diverses auxquelles ils sont confrontés. Profitant des réformes du système sanitaire national voulues et entamées tambour battant par le gouvernement actuel, nous devons tout faire pour briser le clivage entre médecins, enseignants, secteur privé, secteur public. Il importe de revaloriser la signature du médecin béninois et sa parole, de protéger les populations du pays contre les pratiques dévoyées de la profession, de poursuivre l’amélioration de l’organisation et de la visibilité de l’ordre.

C’est au vu de ces paramètres qui s’imposent à nous aujourd’hui qu’il urge de s’asseoir autour d’une même table afin de sortir une nouvelle feuille de route, un nouveau cahier de charge consensuel dans lequel chacun des acteurs s’impliquera pour le grand bonheur de notre corporation mais surtout de nos populations qui ne demandent qu’à être bien traitées et bien soignées. C’est sur ces mots d’espoir que je déclare ouvert ce premier Séminaire pour l’élaboration du plan stratégique quadriennal du conseil de l’Ordre National des Médecins du Bénin 2018-2022.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Partager au reste du monde

Comment pouvons-nous vous aider?

l’ONMB est l’institution réglementaire et disciplinaire de la profession médicale.

Galerie

Partager au reste du monde

Partager au reste du monde
Ce site utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.